5 types de personnes en maturation textuelle

Depuis un quart de siècle que j’anime des formations à l’écrit et des coaching littéraires, j’observe une chose.
Schématiquement, il y a quatre types de personnes en maturation textuelle.

5 typologies empiriques reposant sur mes observations

1 – Les personnes ayant beaucoup d’imagination et de nombreuses idées originales mais qui écrivent mal. Leur style est pauvre, truffé de clichés, de phrases tarabiscotées, d’excès de superlatifs et de lieux communs.

2 – Celles plutôt cultivées, possédant un vocabulaire riche, une bonne maîtrise de la syntaxe – parfois trop…, de bonnes connaissances littéraires, mais, peu ou pas d’imagination. Leur créativité est déjà en pré-retraite.

3 – Celles qui écrivent bien, ont de l’imagination et de bonnes aptitudes pour se lancer en littérature, mais aucune confiance en elles. Si bien qu’elles remettent toujours à plus tard tout projet d’écriture parce qu’elles ne sont jamais assez prêtes.

4 – Celles, très imaginatives, écrivant bien, ayant confiance en elles, mais qui n’ont pas l’art de raconter des histoires.

 Celles, enfin, qui n’ont ni le talent, ni le style, ni l’art de raconter une histoire mais ont une foi inébranlable en elles. Décidées et candides, elles croient ingénument que tout le monde est capable d’écrire un livre, quel que soit le genre.

Quant à l’auteur (e) béni des dieux de l’écriture, il possède une bonne culture, a une bonne maîtrise de l’écriture littéraire, de l’imagination, confiance en lui et l’art de raconter des histoires.

Vous reconnaissez-vous dans une de ces typologies ?

Publicités

Allez-vous vous lancer à l’eau ?

Une romancière abonnée à Entre2lettres m’écrit :  « Dans mon roman, je dois décrire une violente tempête, un bateau à la mer que les vagues projettent sur les rochers.
Pourquoi ne lanceriez-vous pas ce sujet ?
J’aimerais voir ce que mes « collègues’ en disent.
Je n’ai pas l’intention de copier, seulement d’apporter de l’eau à mon moulin (c’est le cas de le dire).
Voyez si cela vous inspire et si c’est faisable. « 
Qui parmi vous est tenté par cette proposition ?